Je tue les enfants français dans les jardins... de Marie Neuser

8

QUATRIÈME DE COUVERTURE :

Lisa, jeune professeur d'italien, se rend chaque jour au collège comme on va à la guerre, avec, en guise d'armée ennemie, les élèves. Au fond de la classe, les garçons se disputent le rôle de commandant en chef en rivalisant d'insultes et de menaces. Du côté des filles, ce n'est guère plus apaisé : comment faire comprendre à une gamine de douze ans qu'elle ne doit pas se prostituer, même pour se payer des vêtements de marque?
Seule solution pour survivre sur ce champ de bataille où règne la loi du plus fort, se forger une carapace, en attendant son heure... l'heure de la contre-attaque.


  • Poche: 160 pages
  • Editeur : Pocket 
  • Date de sortie : 11 septembre 2014
  • Collection : THRILLER
  • Prix : 5.40 €


MON AVIS : 

Un livre  intéressant qui dénonce  le quotidien de certains professeurs qui subissent tout au long de l'année, les élèves délinquants. Ici, Lisa,  professeure d'italien, nous  fait part de sa peur, de son dégoût d'enseigner à ces jeunes français issus de l'immigration qui ne respectent en rien le corps enseignant, les règles et j'en passe. Pour eux, le cours d'italien est un terrain de jeux où les  insultes, bagarres  et règlements de compte fusent dans tous les sens. Elle, fille d'un professeur retraité, aimé par ses élèves, loin du brouhaha des grandes villes et des banlieues, rêvait d'être à sa hauteur.  Hélas, son rêve est devenu  cauchemars,  dans ce collège, en plein Marseille.
Ce qui s'est passé dans ma chair n'est autre que la conséquence directe de notre fabrication quotidienne de monstres, de notre impuissance à éliminer de la surface de la terre ces êtres inutiles et nuisibles, et de l'échec de notre entreprise. On nous demande de modeler ces merdes avec une abnégation dont tout le monde se contrefout, l'important est que les moutons soient bien gardés et ne traînent  pas dans les rues quand les honnêtes citoyens sont de sortie, voilà ce que le monde attend de nous.😲
La relation qu'entretien Lisa avec ses élèves est vraiment surréaliste. Tout au long du livre elle passe son temps à se plaindre et fait ressortir tout son mépris, sa haine envers eux. Alors, oui, je comprends  tout à fait qu'il n'est pas  facile d'enseigner dans une classe qui s'en fout royalement d'apprendre ; qui passe son temps à s'insulter ou à l'insulter ou à dégrader son image en dessinant des choses obscènes sur son compte. Forcément, la motivation se décline et une lassitude s'installe.  Sauf qu'ensuite, l'auteur, dans cette fiction, qui sonne comme  une vérité "très réaliste", se lâche par des pensées trop haineuses, presque racistes, envers ces ados. J'avais l'impression de ne plus être dans un collège avec des enfants (même les plus terribles),  mais face à des truands, des meurtriers, des violeurs, des gangsters. C'est comme si la nana était envoyée dans la pire prison et qu'elle n'avait pas d'autre choix que de subir les phrases salaces et gestes dégradants des prisonniers.  Ils sont déjà catalogués et vont forcément mal finir : prison ou mort.  De plus, et la c'est le pire pour moi, elle décrit ces jeunes comme des êtres inutiles  et nuisibles qu'il faut supprimer de la surface de la terre. Je sais que c'est humain et que ça arrive à tout le monde d'avoir des pensées négatives, parfois meurtrières, surtout quand on touche le fond, mais là, j'avoue, j'ai vraiment eu du mal avec ça.
Non, il n'y avait rien d'autre que je pouvais espérer : qu'ils crèvent, qu'ils crèvent, pour que les braves gens soient enfin tranquilles.
 J'avais également cette impression que Lisa n'avait pas l'amour, cette passion du partage, d'enseigner à l'autre. Pour moi, à partir du moment où elle a atterri dans ce collège dit dégueulasse... a été le point déclencheur pour la suite. Pas une seule fois, je n'ai senti de l'autorité et de la fermeté chez cette femme. Merde, quoi ! Ça reste quand même des gosses avant d'être des soi-disant délinquants. Dès le départ, elle n'a pas su mettre le holà, le respect. Je pars du principe que les élèves savent très bien chez quel prof ils peuvent se permettre de faire ou de ne pas  faire, et qu'à partir du moment où tu montres ta faiblesse, c'est terminé ! Alors, sans juger cette femme,  parce que c'est tout de même un thriller avant tout, mais  écrit comme un récit biographique, l'adulte  est censé être l'autorité et trouver une solution  pour faire régner l'ordre et  faire aimer son cours. Certes,  un professeur n'est pas un flic mais ça reste sa classe. Lui seul doit régner en maître. 

Pour moi, trop de messages haineux avec une fin qui m'a laissée  sans voix... Quoi qu'il en soit, l'histoire est prenante, mais je ressors toute de même mitigée après lecture. 


MA NOTE :


8 commentaires

  1. C'est un livre qui me parait assez violent, non ? :h Je suis pas sûr que j'aimerais ce genre de livre.

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui, bon je vais éviter, ça risque de m'agacer. Pour avoir travaillé en collège, oh oui il y a de vraies teignes, mais il faut savoir les prendre et surtout parfois derrière ça cache bien des choses ! Même les plus durs à qui j'ai eu affaire étaient adorables au fond <3
    Bref, plus du tout envie de le lire pour le coup...

    RépondreSupprimer
  3. Je te remercie pour ton avis franc et honnête, au vu de ce que tu en dis, je vais clairement passer mon chemin, je n'apprécie pas ce genre de livre qui véhicule des messages à caractère haineux.

    RépondreSupprimer
  4. Le sujet est très fort, mais peut-être un peu trop réaliste pour moi en ce moment...

    RépondreSupprimer
  5. Au vu de tout ce que tu en dis, je passe mon tour.

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que, malheureusement, je ne suis pas le lectorat visé... :/

    RépondreSupprimer
  7. ça doit être assez spéciale comme lecture! Le sujet me semble intéressant mais de ce que tu dis de son exploitation je ne pense pas me laisser tenter...
    Enseigner est difficile, il faut se faire sa place et surtout ne pas se laisser marcher dessus mais d'après ta chronique les propos de l'enseignante sont vraiment limites... et ça je pense que je ne le supporterai pas:/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on voit le manque de respect dont souffre beaucoup d'enseignants, on comprend pourquoi c'est une profession qui plaît de moins en moins.
      Délivrer un savoir, c'est engendrer de la vie intérieure et de la dignité, c'est le point de départ vers l'ouverture au monde et aux autres.
      Sans l'école dans nos écoles je suis persuadé que toutes les formes d'obscurantisme possible et inimaginables régneraient, c'est un peu un moyen de sauver la planète, donc à protéger au maximum.
      Va t-en expliquer ça aux bordéleurs du fond de la classe par contre...

      Supprimer

Si tu veux laisser un commentaire sur ce sujet, alors il ne faut pas hésiter.

Bannière Livraddict
ACTUELLEMENT SUR MON INSTAGRAM
© HAMISOITIL.FR. Design by MangoBlogs.