SWASTIKA NIGHT DE Katharine Burdekin

7

QUATRIÈME DE COUVERTURE :

Sept cents ans après la victoire d'Hitler, le Saint Empire germanique a soumis la moitié du monde à l'idéologie nazie. La nouvelle société, empreinte de mythologie et d'ignorance, repose sur une stricte hiérarchie : les chevaliers et les nazis en occupent le sommet, tandis que les étrangers servent de main d' oeuvre servile et les femmes, uniquement destinées à la perpétuation de la race, sont réduites à l'état animal. Lorsqu'Alfred, mécanicien anglais en pèlerinage en Allemagne, est impliqué dans une rixe, il est conduit devant le chevalier von Hess, gouverneur du comté. Séduit par sa personnalité, von Hess ne tarde pas à lui révéler un secret qui le bouleverse. Mais la connaissance a un prix : celui du sang.



  • Broché: 238 pages
  • Editeur : PIRANHA 
  • Collection : Incertain futur
  • Date de sortie : 20 octobre 2016
  • Prix : 17.90 € (papier) 12.99 € (ebook)
  • *SERVICE DE PRESSE


MON AVIS 

Avant de commencer ma chronique, je tiens à préciser que ce livre a été publié en 1937.

L'auteure, Katharine Burdekin, envisage à travers cette histoire soit 700 ans après le règne d'Hitler,  un nouveau monde où les nazis ont une position dominante sur l'Europe, l'Afrique et une partie de l'Asie, dans laquelle se joint le Japon, deuxième puissance mondiale régnant sur l'autre moitié. Dans ce nouveau monde, Hitler est représenté comme un blond aux yeux bleus qui n'a jamais été enfanté par une femme  et vénéré comme le dieu, le un, le tout puissant. 
 Statique est ce monde. Tout a été supprimé : la technologie, la découverte, les voyages, la littérature, la musique... Chacun est à sa place, la mémoire est réduite au minimum, comme un  bon lavage de cerveau. Les hommes règnent en maître dans l'autoritarisme et  pensent être supérieurs aux autres races, tandis que les femmes se retrouvent rasées du crane,  enfermées dans des cages, à l'état sauvage, en esclavage ; violées, pour  enfanter,  si possible, que des mâles. En clair, du simple  bétail reproductif.

Citation : ...leur conformation physique et intellectuelle les empêche d'accomplir quoi que ce soit de valable, c'est-à-dire d'abouti, hormis leur bestiale activité de mère.

  A partir de là, faut bien se mettre en tête que ce monde est différent de l'Allemagne actuel voire du monde actuel, quoique... Un simple Allemand est tout bonnement un nazi  où l'Hitlérisme fait partie de lui  jusqu'à dans la religion (la Bible Hitler)  et le contraire serait grave, pourtant, quelques électrons libres vivent en retrait, comme des marginaux ou des déchets de cette société : les nouveaux juifs qu'on appelle chrétien.

Dans tout ça, on fait la connaissance de Alfred, un anglais, mécanicien d'aéroplanes, en  pèlerinage en Allemagne pour visiter quelques lieux saints, quand il tombe sur Hermann, un ouvrier agricole allemand connu pendant son service militaire en Angleterre. Tout au long de la lecture, l'histoire est centrée  en partie, sur ces deux protagonistes, jusqu'à ce que Alfred soit convoqué chez le chevalier Von Hess, gouverneur du comté, pour s'être interposé dans un viol. Sincèrement touché par ce jeune homme, par sa personnalité, le chevalier décide,  quelques jours plus tard, de lui faire part d'un immense secret : le monde avant tous ces bouleversements. Un monde aux antipodes de celui-ci  où la place  et les conditions des femmes étaient bien différentes de l'actuel. D'ailleurs, cette deuxième partie du livre où les révélations tombent comme une pluie de météorite, le chevalier s'attarde énormément sur le rôle des femmes avant et après. La comparaison est une bombe qui explose  en pleine tête quand il précise  qu'elles étaient instruites, féminines, travailleuses et vivaient en couple... On sent que c'est quelque chose d'important pour lui et qu'il faut absolument le partager. Il parle également d'Hitler, loin d'être blond aux yeux bleus, mais bien trapu, avec une bedaine, les cheveux foncés, preuve à l'appui avec photographies et  livre retraçant l'Europe depuis des décennies. J'ai remarqué en avançant dans ma lecture que l'auteure, Katharine Burdekin, bien que ce livre ait été écrit en 1937, avait déjà anticipé certains faits sans trop s'attarder dessus, heureusement ! Du coup, nous sommes plongés dans une dystopie (une première pour moi) où le nazisme a pris possession du monde, et ça fait  froid dans le dos, si tel était le cas !

Dans l'ensemble, j'ai passé un très, très bon moment de lecture mais j'ai trouvé les chapitres relativement trop longs, descriptifs et sans trop d'action. La deuxième partie est très instructive !

Je recommande !


MA NOTE :

7 commentaires

  1. Ah, j'aime beaucoup l'uchronie, ça pourrait vraiment me plaire !

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi pas ! Je note, merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
  3. J'adore le synopsis, j'aime beaucoup les uchronies, comme Vampilou, j'ai un attrait particulier pour les textes traitant du Nazisme (dans le sens culturel et comment un parti socialiste a pu endormir les foules et provoquer un raz-de-marée extrémiste dans toute l'Europe) et savoir que c'est justement ces points qui sont mis en avant, ça me plait bien :)

    RépondreSupprimer
  4. Le contexte ne me plait pas plus que ça. Je passe mon tour pour ce dernier :)

    RépondreSupprimer
  5. Ce livre semble totalement fascinant. Et de savoir qu'il fut écrit en 1937 lui donne une "valeur" tout autre, tu vois ce que je veux dire ? Bref, je te remercie pour la découverte et je note.

    RépondreSupprimer
  6. Ce livre ne semble pas être pour moi.

    RépondreSupprimer
  7. Ce roman m'intriguait déjà beaucoup, je le suis encore plus maintenant.

    RépondreSupprimer

Si tu veux laisser un commentaire sur ce sujet, alors il ne faut pas hésiter.

Bannière Livraddict
ACTUELLEMENT SUR MON INSTAGRAM
© HAMISOITIL.FR. Design by MangoBlogs.