Les témoins de pierre de Simon Beckett

10

QUATRIÈME DE COUVERTURE :

Sean est en fuite. Malgré la chaleur qui écrase la campagne française, il préfère abandonner sa voiture accidentée et couper à travers champs pour éviter la police. Mais sa cavale se termine brutalement lorsque les mâchoires implacables d'un piège se referment sur sa jambe. Retrouvé quasiment inconscient par les deux fi lles du propriétaire d'une ferme voisine, il est recueilli et soigné. À peine capable de tenir debout, Sean se croit enfin à l'abri et est loin de se douter des dangers qui le menacent.




  • Broché: 320 pages
  • Éditeur : PIRANHA 
  • Collection : Black Piranha
  • Date de sortie : 6 octobre 2016
  • Prix : 19.00 € (papier) 12.99 € (ebook)
  • *SERVICE DE PRESSE


MON AVIS : 👇

Captivée par ma lecture, je suis arrivée à la fin du roman en me disant que l'auteur avait réussi  à me tenir en haleine jusqu'à la dernière page. La couverture donne le ton.  Une ferme isolée, entourée d'hectares et de pièges et, surtout, d'une famille particulièrement intrigante qui cache bien des secrets. L'ambiance est cafardeuse et oppressante dans un décor étouffant où l'air est presque irrespirable. Tout à fait  le style de lecture que j'aime lire en cette période froide et pluvieuse de fin d'année !

Sean est anglais et a fui son pays, précipitamment, pour la France. Il craint la police, peur de se faire contrôler, alors, se cache dans les champs. Qu'est-ce qu'il a fait ? La réponse arrive tardivement dans l'histoire. En marchant, son pied est pris dans un piège : une mâchoire en acier. Impossible de sortir de là, il passe la nuit sur place, complètement dans les vapes. Le lendemain, à  bout de force, sous un soleil de plomb, il est secouru  par Mathilde, qui l'installe dans le fenil de la ferme familiale où elle vit avec son bébé, sa soeur et leur père.

Très vite, Sean s'aperçoit que  règne une atmosphère dérangeante et omniprésente  dans cette famille. La relation entre les deux soeurs est délicate voire haineuse du côté de la cadette. Quant au patriarche, tout est étrange, suspect et dangereux, chez lui.  Et pourtant, Sean  ne semble pas vouloir partir malgré les avertissements du père à propos de ses filles et le comportement aguicheur (le mot est faible) de la cadette, envers lui. Hélas, plus on avance dans le roman,  plus on sent l’étau se resserrer  autour du personnage principal. Le danger guette sa proie et peut lui tomber dessus à n'importe quel moment. D'ailleurs, lui-même le sait, le ressent et marche sur des brindilles, la peur au ventre.

On avance à pas de loup et, jusqu'au trois quart du livre, le lecteur est toujours dans le questionnement à propos de la fuite de Sean.   Les chapitres s'alternent  entre sa vie à Londres et celle à la ferme.  C'est passionnant, intrigant  et les révélations sont terriblement étonnantes. 
Terribles, parce que la vérité éclate et ça fait froid dans le dos et Étonnantes, parce qu'on imagine forcément autre chose, à la hauteur  de ce qui en découle tout au long de l'histoire. 

A découvrir !


MA NOTE :




10 commentaires

  1. Ce n'est pas mon style mais ton avis donne envie de tenter malgré tout !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup quand tu es surpris par les révélations. Je note.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ta chronique ! TOUT EST CLAIR !
    Merci parce que maintenant, je vais le noter !

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien cette ambiance que tu décris ! Cela pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
  5. Ah, ça m'a l'air vraiment pas mal, je me laisserai bien tenter tiens !

    RépondreSupprimer
  6. Waouh ! Un avis vraiment très bien écrit qui donne envie de découvrir ce roman. Mais, n'est-ce-pas un peu policier ?
    En tout cas, la couverture est superbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, c'est un thriller !
      Merci pour ton commentaire qui me fait très plaisir !

      Supprimer

Si tu veux laisser un commentaire sur ce sujet, alors il ne faut pas hésiter.

Bannière Livraddict
ACTUELLEMENT SUR MON INSTAGRAM
© HAMISOITIL.FR. Design by MangoBlogs.